ge copyright Les embuscades littéraires d'Alcapone banni
Bienvenue sur le blog de lecture d'Alcapone

Derniers Billets

L'ABCdaire de Picasso - Collectif

Acquis pour une modique somme à l'occasion de la visite de l'exposition immersive de Picasso et les peintres espagnols aux Carrières de Lumière (Baux de Provence), ce sympathique ABCdéaire qui explore dans ses grandes lignes le parcours initiatique, la vie et l'oeuvre de Picasso, constitue une bonne base pour découvrir le travail de l'artiste. Légende de son vivant et d'autant plus après sa mort, Picasso a marqué son siècle par son génie hors normes. Ses rencontres, ses voyages, son amour de l'art et son regard si particulier ont fait de lui cet artiste révolutionnaire reconnu de tous. Si son travail trouve généralement grâce à mes yeux (surtout ses tableaux cubistes et surréalistes ainsi que ses expériences de collages) et si je visite volontiers les expositions qui lui sont consacrées, je ne suis pas pour autant une grande spécialiste de l'art picassien. Aussi, je trouve cet abécédaire assez bien conçu car il permet de bien appréhender la démarche artistique passionnée du peintre espagnol qui se plaisait joliment à penser que “S’il y avait une seule vérité, on ne pourrait pas faire cent toiles sur le même thème”. A mettre entre les mains de tous les néophytes de l'art picassien... Donc, si vous voulez vous aussi acquérir cet abécédaire pour une somme modique, notez que vous pouvez vous le procurer sur Amazon via le lien suivant : L'ABCdaire de Picasso

Enfin, juste pour le plaisir et par jeu, je vous propose de découvrir une belle rétrospective picassienne Sous forme d'abécédaire... Enjoy !

Mon ABCdaire de Picasso

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A comme Autoportrait

© Picasso, Autoportrait, 1907

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

B comme Baiser

© Picasso, Le Baiser, 1929

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C comme Couple à l'oiseau

© Picasso, La Crucifixion, 1969

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

D comme Demoiselles d'Avignon

© Picasso, Les Demoiselles d'Avignon, 1907

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

E comme Étreinte

© Picasso, Les Demoiselles d'Avignon, 1972

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

F comme Femmes d'Algérie

© Picasso, Femmes d'Alger, 1965

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

G comme Guernica

© Picasso, Guernica, 1937

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

H comme Homme et Femme

© Picasso, Homme et Femme, 1971

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J comme Jeune Fille Endormie

© Picasso, Jeune Fille Endormie, 1935

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L comme Lis jaunes

© Picasso, Lis jaunes, 1901


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

M comme Mousquetaire assis tenant une épée

© Picasso, Mousquetaire tenant une épée, 1969

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

N comme Nature morte à la cafetière

© Picasso, Nature morte à la cafetière, 1949

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

O comme Offrande

© Picasso, Offrande, 1908


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

P comme Poissons et bouteilles

© Picasso, Poissons et bouteilles, 1908-1909

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

R comme Repas de l'aveugle

© Picasso, Repas de l'aveugle, 1907

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

S comme Saltimbanques

© Picasso, Repas de l'aveugle, 1905

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

T comme Trois femmes

© Picasso, Trois femmes, 1907

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

U comme Un bateau sur le canal

© Picasso, Un bateau sur le canal, 1905

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

V comme Verre, pomme, livre

© Picasso, Verre, pomme, livre, 1908

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

W comme Woman with a mandolin

© Picasso, Woman with a mandolin, 1910

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Détails bibliographiques


  • Titre : L'ABCdaire de Picasso
  • Auteur : Anne Baldassari, Dominique Dupuis-Labbé, Colette Giraudon, Brigitte Léal, Hélène Seckel
  • Éditeur : Flammarion
  • Collection : Patrimoine
  • Date de parution : Septembre 1996
  • Nombre de pages : 119 p.
  • ISBN : 978-2-0801-2475-3
  • Première de couverture : Autoportrait (détail), Paris, 1901, Musée Picasso


La demeure du chaos - The Abode of Chaos - Opus IX, Révélation

Subversif, anticonformiste et viscéral, sont les trois qualificatifs qui me viennent spontanément à l'esprit pour décrire ce beau livre édité par le Musée de l'Organe. C'est lors d'une virée à Lyon en décembre dernier que j'ai fait la découverte de la Demeure du Chaos, haut lieu de pèlerinage pour tous les amateurs "d'art organique contemporain". Situé dans un petit village près de Lyon (à Saint-Romain au Mont d'Or très exactement), cet ancien relais de poste datant du XVIIème siècle, a été complètement réhabilité par Thierry Ehrmann, artiste plasticien et performeur un peu fêlé. Là, s'y trouvent pêle-mêle depuis 1999, des milliers d'oeuvres composées au fur et à mesure du temps par Erhmann et les équipes de plasticiens résidents qui s'y sont succédés. Se qualifiant lui-même de dément, Thierry Ehrmann répond à tous les curieux qui se demandent pourquoi avoir créé un tel lieu : "La réponse me replonge en 1999 quand, après avoir dévoré le veau d'or dans le grand festin paganiste du siècle dernier, je cherchai à nouveau ce monde gnostique. Ma seule rédemption passait de nouveau par cette terrible épreuve, reconnaître par ma damnation première, la démence que l'on reçoit comme une onction suprême à la naissance pour se transcender dans l'art. Cette fureur maniaque, ma sulfureuse maîtresse, sera de nouveau ma compagne avec ses troubles de l'humeur" (p.2).

Crédit photo : © Alcapone, Décembre 2017

Ainsi, ce superbe catalogue du Musée de l'Organe aux 500 pages richement illustrées, ouvre t-il les portes d'un univers artistique contemporain contestataire aux accents sombres et torturés mais fascinant. Parmi les oeuvres répertoriées et qui m'ont particulièrement marquée lors de la visite du site, notons les monumentales et aliénantes "Cages de l'enfer", les nombreux portraits dé-légendés de l'histoire du monde ou encore le fameux Crâne Nutrisco et Extingo II installé au milieu de sa mare de sang. 

Crédit photo : © Alcapone, Décembre 2017

Notons également les retours d'expérience de l'artiste sur ses performances ou encore ce qu'il surnomme l'"Esprit de la salamandre"... Lieu par excellence de la liberté d'expression, la Demeure du Chaos dérange. Elle a même été assignée devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour ses oeuvres transgressives. Elle est pourtant soutenue par la presse et les médias internationaux qui la considère comme une "Factory incontournable et unique dans le monde" (p. (294). En 2009, le New York Times en parlait comme d'"Une oeuvre au noir se nourrissant du chaos alchimique de notre XXIème siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 septembre 2001" (p. 294).

Crédit photo : © Alcapone, Décembre 2017

Aussi, c'est avec grand enthousiasme que je vous invite tous à découvrir cet incroyable Musée de l'Organe (sa visite est gratuite) car au delà du fait qu'il vaut le détour, ce sera aussi un acte de militantisme que de défendre un lieu d'expression artistique aussi riche et déroutant.


Crédit photo : © Alcapone, Décembre 2017

Enfin, pour ceux d'entre vous qui ne pouvez pas vous rendre tout de suite à Lyon pour visiter le Musée, vous pouvez tout de même découvrir le travail de Thierry Ehrmann grâce à cette version gratuite du catalogue.

Crédit photo : © Alcapone, Décembre 2017


En attendant, notez encore que le magazine Tracks de la chaîne Arte consacrait au Musée en mars dernier, un reportage que je ne résiste pas à vous partager... Enjoy !




 

Détails bibliographiques


  • Titre : La demeure du Chaos - The Abode of Chaos - Opus IX, Révélation
  • Auteur : Thierry Ehrmann
  • Photographe : Kurt Ehrmann
  • Éditeur : Musée de l'Organe
  • Date de parution : Mars 2013
  • Nombre de pages : 500 p.
  • ISBN : 978-2914674102
  • Langue de publication : Français/Anglais

Dans le nu de la vie - Jean Hatzfeld

Durant le mois d'avril 1994, près de 50 000 Tutsis ont été massacrés à la machette par leurs anciens amis, voisins, collègues Hutus dans la commune de Nyamata. De cet impensable génocide rwandais, Jean Hatzfeld a rapporté en 2000, ces Récits des marais rwandais peuplés d'épouvantables souvenirs. Ils s'appellent Cassius, Jeannette, Francine, Janvier, Jean-Baptiste, Angélique, Innocent, Marie-Louise, Christine, Odette, Édith, Berthe, Claudine, Sylvie. Pendant les événements, la peur au ventre, ils ont dû se cacher dans la boue et les papyrus des marais pour échapper à leurs assassins. Ils ont flirté avec la malaria, ils ont souffert de dysenterie et de soif, ils ont été infestés par les poux. Mais surtout, ayant côtoyé l'horreur et la mort de trop près, ils ont à la fois perdu un peu de leur âme et beaucoup d'êtres chers dans cette inimaginable boucherie... Lorsque le massacre a pris fin, abasourdis, ils se sont retrouvés abandonnés "Dans le nu de la vie". Mais comment se reconstruire après une telle épreuve? Comment continuer à avancer dans le souvenir de cette tragédie ? Comment continuer à porter l'espoir aux jeunes générations ? Comment encore honorer le lourd devoir de mémoire d'un tel drame ? A travers les poignants témoignages collectés par Jean Hatzfeld, on découvre avec tristesse et admiration, l'incroyable résilience dont les survivants ont su faire preuve. Si certains ne peuvent s'empêcher de retourner sur les lieux des massacres pour se rappeler au souvenir de leurs morts, d'autres ont préféré s'occuper des orphelins ou tout simplement prendre soin des vivants. Mais quels que soient les chemins qu'ils ont choisi pour surmonter cette épreuve, les témoins interrogés par le journaliste ont exprimé ce besoin de parler, de se rejouer les scènes de crimes pour réussir à faire leur deuil. Aussi, lire Dans le nu de la vie et se pencher sur ce sombre épisode de l'histoire rwandaise (lire aussi à ce sujet, Petit pays de Gaël Faye) est pour moi, une façon de se souvenir et de rendre hommage à ces femmes et ces hommes que la vie n'a pas épargné... Alors, si vous en avez l'occasion, je vous recommande vivement cette lecture certes difficile mais éclairante...

Pour ceux d'entre vous qui souhaiteriez vous procurer ce livre, notez qu'il est disponible sur Amazon via le lien suivant : Dans le nu de la vie

Extraits

"Je crois que jamais les Blancs, ni même les Noirs des pays avoisinants, ne vont croire de fond en comble ce qui s'est passé chez nous. Ils accepteront des morceaux de vérité, ils négligeront le reste. Même nous, on s'étonne d'entendre les tueries comme elles sont racontées par des copains là où on était pas, parce que la vérité vraie sur les tueries des Tutsis, elle nous dépasse tous pareillement." (extrait du récit de Cassius, p.21)
"Je sais aussi, désormais qu'un homme peut devenir d'une méchanceté inouïe très soudainement. Je ne crois pas en la fin des génocides. Je ne crois pas que ceux qui disent qu'on a touché le pire de l'atrocité pour la dernière fois. Quand il y a eu un génocide, il peut y en avoir un autre, n'importe quand à l'avenir, n'importe où, au Rwanda ou ailleurs ; si la cause est toujours là et qu'on ne la connait pas." (extrait du récit de Jeannette, p.33) 
"Ces gens bien lettrés étaient calmes, et ils ont retroussé leurs manches pour tenir fermement une machette.Alors pour celui qui, comme moi a enseigné les Humanités sa vie durant, ces criminels-là sont un terrible mystère." (extrait du récit de Jean-Baptiste, p.73)
"Je crois qu'il faut nous rendre une justice convenable, mais je ne veux pas dire s'il faut fusiller des prisonniers. Je ne veux pas non plus exprimer ma pensée sur pourquoi les Blancs ont regardé tous ces massacres les bras croisés. Je crois que les Blancs profitent de ce que les Noirs se chamaillent pour semer ensuite leurs propres idées, et voilà tout." (extrait du récit d'Angélique, p. 86)
"Une remarque qui me dépasse toujours, quand je parle de cette époque, est la sauvagerie des tueries. S'il y avait à tuer, il n'y avait qu'à tuer, mais pourquoi couper les bras et les jambes ? (...) Pour moi, je le répète, ils coupaient et mutilaient pour enlever de l'humain aux Tutsis et les tuer plus facilement ainsi." (extrait du récit d'Innocent, p. 111-112)
"Le rescapé a tendance à ne plus se croire réellement vivant, c'est à dire celui qu'il était auparavant, et d'une certaine façon, il vit un peu de ça." (extrait du récit d'Innocent, p. 113) 
"J'espère que le temps nous offrira l'aide pour nettoyer les souillures. SI les Hutus essaient de dire la vérité à voix haute, de proposer une entraide, d'aller vers les Tutsis et de demander pardon, on pourra espérer cohabiter comme il faut sans être séparés pour toujours par ce qui s'est passé." (extrait du récit de Christine, p. 144)
"Mais moi, je suis prête à pardonner. Ce n'est pas pour nier le mal qu'ils ont fait, ce n'est ni par trahison envers les Tutsis ni par facilité ; mais c'est pour ne pas souffrir ma vie durant à me demander pourquoi ils ont voulu me couper." (extrait du récit d'Edith, p. 167)
 "Quand je pense au génocide, dans un moment calme, je réfléchis pour savoir où le ranger dans l'existence, mais je en trouve nulle place. Je veux dire simplement que ce n'est plus de l'humain." (extrait du récit de Sylvie, p. 227)


Détails bibliographiques

  • Titre : Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais
  • Auteur : Jean Hatzfeld
  • Éditeur : Seuil
  • Collection : Points
  • Date de parution : Janvier 2005
  • Nombre de pages : 233 p.
  • ISBN : 978-2-020530569
  • Photo de couverture : © Photo réalisée par Raymond Depardon, 1999

Bosnian Flat Dog - Max Andersson et Lars Sjunnesson

Joe Sacco, le dessinateur de Gorazde, déclare à propos de Bosnian Flat Dog : " Max Andersson and Lars Sjunnesson take us on a funny but very disturbing excursion through a traumatized Balkan landscape populated by a number of traumatized Bosnian psyches. Absurdist and surreal the story might be, but it touched the raw nerve of truth, making me wince with remembrances of my own time in Sarajevo." et rien n'est plus vrai : c'est au retour de leur périple de Ljubjana jusqu'à Sarajevo que les 2 compères décident de s'atteler au récit de leurs folles aventures en ex-Yougoslavie. Nous sommes alors en 1999. La guerre de Bosnie-Herzégovine a pris fin en 1995 mais elle a marqué Sarajevo de profonds stigmates dont les manifestations ont largement eu de quoi secouer nos 2 suédois. A l'instar de ces sortes de flaques de vomi qui constellent les rues de la ville (s'agirait-il des "roses de Sarajevo"?) et qui ont peut-être inspiré à nos dessinateurs cette race de chien, les chiens plats bosniaques ? Que dire encore de l'improbable momie de Tito en papier mâché qu'ils ont pris pour compagnon de route ? D'où leur vient encore ce délire avec les vendeuses de glace, les kidnappeuses de Srebrenica et cet art des obus décorés ? Rien ou presque dans ce récit n'est complètement fictif exceptés peut-êtres les souvenirs fantasques, hallucinés et réinventés de Max Andersson et Lars Sjunnesson, ces bédéistes suédois aux univers surréalistes et complètement barrés...


C'est en participant aux Rencontres du 9ème Art d'Aix-en-Provence de cette année que j'ai découvert Max Andersson. De lui, je ne connaissais presque rien si ce n'est quelques dessins dont la marque de fabrique évidente m'avait marquée (notamment le personnage du vieux dans l'Excavation). Certains auraient tendance à penser que son travail est sombre et pessimiste. Pour autant, l'auteur s'en défend et au final, ce que je perçois de son art mérite le détour, ne serait-ce que pour sa dimension subversive : alors oui, Bosnian Flat Dog n'est évidemment pas à mettre entre toutes les mains (et je comprends que ça puisse ne pas être au goût de tous car il faut forcer pour entrer dans cette lecture), mais au moins entre celles des ceux qui sont curieux de découvrir autrement les vestiges de l'après-guerre de Bosnie. En tous cas, moi j'ai aimé... Alors si vous souhaitez à votre tour vous lancer dans cette lecture ardue, rendez-vous sur Amazon pour vous procurer l'ouvrage en cliquant sur le lien suivant : Bosnian flat dog.

Enfin, afin que vous compreniez mieux la démarche de l'artiste, je vous invite à découvrir ce trailer de Tito on Ice, le film réalisé par Max Andersson sur le sujet et qui a remporté plusieurs distinctions... Fascinant...

Détails bibliographiques


  • Titre : Bosnian Flat Dog
  • Dessins : Max Andersson
  • Scénario : Lars Sjunnesson
  •  Max Andersson  Charlotte Miquel
  • Éditeur : L'Association
  • Date de parution : 2-84414-163-3
  • Illustrations : © Max Andersson

L'homme-livre - Association Verbes

C'est dans le cadre de la 20ème édition de la Fête des librairies indépendantes (Saint Jordi) que j'ai reçu en cadeau de l'une de mes librairies préférées, ce singulier "Homme-Livre" édité par l'Association Verbes pour l'occasion. Parce le livre et son histoire ne seraient pas ce qu'ils sont sans ces artisans de l'ombre que sont les éditeurs et les libraires (ces "libertins qui conjuguent à l'infini, comme un arc-en-ciel, l'ensemble de la production éditoriale et batifolent de livre en livre pour en offrir le suc aux lecteurs", p.7), cet "Homme-livre" - délicieux florilège d'anecdotes livresques et de récits passionnés de ces femmes et ces hommes qui écrivent quotidiennement l'Histoire du livre - est un cri lancé afin que, pour reprendre les mots de Marie-Rose Garniéri à propos du travail des éditeurs (Asscociation Verbes et Librairie des Abbesses), nous lecteurs, percevions "la puissance de cet amour-là, qui peuple notre solitude aussi intensément qu'un ami, qu'un amant, qu'un enfant..." (p.7). Parmi les 31 récits des éditeurs (à noter les superbes portraits photo réalisés par Jérôme Bonnet), j'ai notamment pris beaucoup de plaisir à voyager en "Biblionomadie" en compagnie d'Éric Poindreau (Éditions du Castor Astral). J'ai aimé "Lire dangereusement" avec Marie-Christine Vacher (Éditions Actes Sud) qui raconte à propos de La pitié dangereuse de Stefan Zweig : "Ce livre n'était pas comme les autres avant lui, de ces braves chiens de berger qui guident le voyageur à travers la tempête. Ce livre était la tempête elle-même" (p.75). J'ai adoré la "Lettre à un jeune Robert" de Claire Stavaux (Éditions de l'Arche) qui suggère la "femme-livre" comme nouvelle entrée au dictionnaire. Je me suis aussi laissée emportée par le poème "Livres" de José Alvarez (Éditions du Regard) qui déclare à propos du livre "Je suis son esclave consentant" (p.11). Bref, s'il n'était qu'un seul dénominateur commun entre les 31 textes de cet ouvrage, ce serait cet amour inconditionnel porté par les éditeurs pour les livres.... A déguster...

Détails bibliographiques

  • Titre : L'homme-livre
  • Photographies : Jérôme Bonnet
  • Illustrations : Anne-Charlotte Coudreau
  • Éditeur : Association Verbes
  • Date de parution : Avril 2018
  • Nombre de pages : 79 p.
  • ISBN : 978-2-330-10269-2

Black Hole - Charles Burns

Reconnaissables entre tous, les remarquables dessins aux aplats noirs de Charles Burns sont sans doute la marque de fabrique de l'un des bédéistes américains les plus talentueux... Black Hole, cette inquiétante série qui a entre autre fait la renommée du dessinateur, se passe dans l'Amérique des années 70. Une mystérieuse maladie sexuellement transmissible appelée "crève" ou "peste des ados" transforme les adolescents en d'étranges mutants. Les stigmates se manifestent tantôt sous forme de pustules, de boursouflures, de mutations animales, d'excroissances et autres horreurs... Malgré leurs terribles transformations, les jeunes malades luttent pour survivre. Certains s'accommodent de leurs nouveaux attributs à l'instar de "Lizzard Queen". D'autres squattent les maisons vacantes ou se cachent dans les bois mais que reste t-il de leur vie d'adolescent et de leur insouciance ? Comment faire pour porter ce lourd secret lorsque comme tous les jeunes, les "pestiférés" n'aspirent qu'à profiter de la vie ? Amour, sexe, drogue et rock'n roll, rien n'est heureusement aussi fort que l'envie de profiter ou de ... se venger de la vie... Mais à l'heure où les hippies sont désormais "has been" et que Halloween Jack, le glacial félin de l'album "Diamond Dogs" de David Bowie (1974), commence à peine à faire ses griffes, les teenagers de Black Hole, sont aspirés dans un vertigineux trou noir aux effets ravageurs...


Satire déjantée de la jeunesse américaine des années 70, le fascinant travail de Charles Burns ne manquera pas passionner les amateurs du genre par ses sombres volutes vénéneuses... Pour ceux d'entre vous qui ne connaissez donc pas l'univers troublant et monstrueux du dessinateur, n'hésitez pas à vous procurer cette belle intégrale éditée aux éditions Delcourt via Amazon en cliquant sur le lien suivant : Black Hole Intégrale T01 à T06

Détails bibliographiques


  • Titre : Black Hole (Intégrale)
  • Illustrateur et scénario : Charles Burns
  • Traducteurs : Jean-Paul Jennequin et Anne Capuron
  • Éditeur : Delcourt
  • Date de parution : Novembre 2006
  • ISBN : 978-2-75600-379-5
  • Illustrations : © Charles Burns

Faites vous-même votre malheur - Paul Watzlawick

"Vivre en conflit avec le monde et, en particulier avec les autres hommes, voilà qui est à la portée du premier venu ; mais sécréter le malheur tout seul, dans l'intimité de son for intérieur, c'est une autre paire de manches. On peut toujours reprocher son manque d'humour à son partenaire, attribuer les pires intentions à un patron, ou mettre sa propre humeur sur le compte du temps qu'il fait - mais comment s'y prendre pour faire de soi-même son pire ennemi?" (p.17-18). Voilà la raison d'être de ce manuel parodique et plein d'humour proposé par le psychologue autrichien Paul Watzlawick pour faire de sa vie un bel enfer. Les moyens pour y parvenir sont multiples et parfois bien... insidieux... Citons par exemple la glorification nostalgique du passé : "Cette manière de vivre dans le passé présente un avantage annexe : elle ne laisse guère de temps pour s'intéresser au présent. Car c'est seulement en rivant son attention sur le passé qu'on est assuré d'échapper à ces changements de perspectives involontaires et occasionnels qui risquent parfois de faire opérer des virages à 90 quand ce n'est pas à 180 degrés, permettant de découvrir que le présent ne renferme pas seulement de nouvelles possibilités de malheur mais aussi de non-malheur, pour ne rien dire des possibilités absolument nouvelles." (p.23). Citons encore le concept de la "clé perdue" qui introduit l'idée qu'il n'existe qu'une seule solution pour chaque problème et que si elle n'a pas encore produit l'effet désiré, "il suffit d'insister". Ainsi, les techniques d'autosuggestion, de conduites d'évitement, du "gardez-vous d'y arriver", d'"alternative illusoire", de "sois spontané" ou de collusion, sont selon l'ironique et enjoué Paul Watzlawick, autant de modèles à suivre pour tous les candidats au malheur...

A cette lecture, on sourit, on rit un peu jaune, on s'étonne, on se questionne... mais surtout, on se rend compte que l'on a besoin de personne pour se mettre des bâtons dans les roues et on... relativise. Et rien que pour cela, ce petit livre facile d'accès et sans prétentions est à lire et à relire par les pessimistes, superstitieux et fatalistes... de tout poil ! D'ailleurs, avec tout le respect que je dois à Jean-Paul Sartre, je suis plus que jamais convaincue après cette lecture, que l'enfer ce n'est pas les autres, c'est nous-même et notre incompréhensible mais désormais appréhendable appétence au malheur... 

Enfin, si vous souhaitez à votre tour "faire vous-même votre malheur", n'hésitez pas à vous procurer ce passionnant livre via Amazon en cliquant sur le lien suivant : Faites vous-même votre malheur.

Citations

"A proprement parler, la vengeance n'existe pas. La vengeance est un acte que l'on brûle de commettre alors que l'on est impuissant et parce que l'on est impuissant : dès que le sentiment d'impuissance disparaît, le désir de vengeance s'évapore avec lui." (p.65)
"Pour le pur, tout est pur ; mais le pessimiste, au contraire, saura découvrir le pied fourchu, le talon d'Achille, ou tout autre métaphore dans le champ de la podiatrie." (p.96)
"Le croire, ce serait non seulement savoir que nous sommes les artisans de notre propre malheur, mais comprendre que nous pourrions tout aussi bien construire notre bonheur." (p.113, extrait de l'épilogue)
"Tout est bien... Tout. L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux. Ce n'est que cela. C'est tout, c'est tout ! Quand on le découvre, on devient heureux aussitôt, à l'instant même..." (p.114, extrait des Possédés de Dostoïevski)

Détails bibliographiques

  • Titre : Faites vous-même votre malheur
  • Auteur : Paul Watzlawick
  • Traducteur : Jean-Pierre Carasso
  • Éditeur : Seuil
  • Collection : Points
  • Date de parution : Novembre 2009
  • Nombre de pages : 116 p.
  • ISBN : 978-2-7578-1574-8
  • Photo de couverture : © François Guizot (1787-1874), homme politique et historien français, Caricature de Beyle, 1867
  • Photo de 4ème : © Roger Viollet

Comic Art Propaganda - Fredrik Strömberg

On parle souvent du pouvoir des mots mais celui de l'image est redoutable : média populaire par excellence, la bande-dessinée a été utilisée dès son apparition comme outil de propagande pour véhiculer toutes sortes de messages. Dans cette truculente compilation de planches aux desseins piégeux (ou non selon les convictions propres à chacun), Fredrik Strömberg convie ses lecteurs avec ironie et dérision à un grinçant voyage iconographique spatio-temporel. Jouant à l'excès sur les stéréotypes socio-culturels, chargés de communication, publicistes et autres gens du métier qui ont bien saisi le potentiel manipulateur de l'image, ont exploité cette formidable manne pour rallier à peu de frais et parfois sans résistance, un maximum d'adhérents à leurs causes politiques, idéologiques, économiques ou sociales: racisme, guerre, sexe, religion, éducation, la propagande par la bande-dessinée touche à tous les domaines... D'ailleurs, qu'elle soit positive ou négative, cette manipulation par l'image reste aux yeux de Fredrik Strömberg, de la propagande. Illustré par des planches ou des posters issus de bande-dessinées (pour la plupart américaines), cet ouvrage doté d'un riche appareil critique, offre malgré des mises en perspective parfois tirées par les cheveux, d'intéressantes pistes de décryptage sur le dessin de propagande et... une surprenante sélection d'images comme la première de couverture (partie supérieure) où l'on voit Daredevil cogner un Hitler effrayé (Bob Wood) ! Aussi, méfions-nous de la propagande par l'image et apprenons à remettre en doute cette célèbre expression de Saint Thomas : "Je ne crois que ce que je vois"...

"Us vs Them" ou les figures de l'altérité


Largement exploités dans les messages de propagande politique ou idéologique, les stéréotypes raciaux ont fait les affaires des dessinateurs et caricaturistes pendant des décennies. Usant des clichés les plus grotesques, ceux-ci se sont régalés à dessiner les asiates avec des faces de rats ou de cochons, les noirs avec des têtes des singes, les juifs avec un nez crochu... pour faire croire à la pingrerie, à la sournoiserie ou encore à la sauvagerie des uns et des autres (lire à ce sujet "De l'indigène à l'immigré", chronique de l'étude de P. Blanchard et N. Bancel). Cette exploitation outrageuse des figures de l'altérité a donné lieu à des campagnes de propagande ou de publicité malheureusement très efficaces dont il faut apprendre à se méfier (cf. le célèbre Coming Man qui a contribué à propager la peur du "péril jaune"...).
Crédit image : The Coming Man, G. Keller, 1881

War ? What it is good for ?


Qu'on se le dise : guerre et propagande ont toujours formé un duo indéfectible. Canal de diffusion par excellence de la propagande de guerre, l'image a souvent servi les desseins guerriers de toutes nations. Qu'il s'agisse de recruter de nouveaux soldats, d'encourager l'effort de guerre des civils ou encore de faire croire à la supériorité militaire de la nation, les dirigeants politiques ont tous recouru à l'image et donc à la propagande, pour manipuler les consciences. Comment par exemple expliquer que Saddam Hussein ait été considéré comme un héros dans les pays du Moyen-Orient (cf. biographie dessinée par Unnikrishnan Kidagoor, Santhosh Manarcad et Shaji Marhew) ? Comment sinon comprendre la campagne anti-nucléaire véhiculée par Keiji Nakazawa dans son manga autobiographique, Gen d'Hiroshima au début des années 70 ? En fait, quelles que soient les intentions de leur auteur, Fredrik Strömberg montre que les oeuvres présentées dans ce chapitre relèvent bel et bien de propagande idéologique...
Crédit image : Daredevil battles Hitler, Bob Wood, 1941

You Dirty, Rotten Commie Bastard!


La guerre des images est le fer de lance de la guerre des idées et les politiques, militants et autres activistes ont trouvé avec la bande-dessinée un formidable moyen de mener leurs combats. En effet, lorsqu'un discours ou un article exige des efforts pour sa compréhension et son interprétation, le dessin lui, s'impose naturellement de façon plus directe. Et c'est en cela qu'il constitue un puissant outil. La propagande communiste en est l'un des exemples les plus évocateurs mais citons aussi la bande-dessinée Octobriana portée par le PPP (Progressive Political Pornography), groupe dissident russe. Ou encore l'Oncle Picsou, célèbre figure disneysienne de l'idéologie impérialiste dont on comprend bien la position anti-communiste ainsi résumée : You Dirty, Rotten Commie Bastard! Plus surprenant pour ma part, j'ai découvert l'existence d'Aventures de Tintin (Breaking Free), parodie anarchiste publiée sous le pseudonyme de J. Daniels qui démontre bien le pouvoir idéologique exercé par l'image. A découvrir...
Crédit image : The Adventures of Tintin : Breaking Free, J. Daniels, 1999

Social Seduction, une question de moeurs


Présente là où l'on ne l'attend pas forcément, la propagande sait aussi s'immiscer dans la vie publique : éducation, santé, sexualité, religion... tous ces domaines qui relèvent de la moralité et de la sphère publique, n'échappent pas à cette redoutable machine largement exploitée par les états et leur gouvernement pour diligenter les affaires de moeurs et les questions sociétales. Ainsi, la "Comic Code Authority" (ou CCA) a par exemple été créée et habilitée par le gouvernement américain pour exercer une censure sur les publications considérées comme dangereuses pour les jeunes publics. D'autres initiatives propagandistes cette fois-ci orientées sur "le bien et le mal" ont également vu le jour dans le cadre de campagnes anti-drogue, anti-avortement, anti-nucléaire, anti ou pro-religieux, etc. Bref, à travers la bande dessinée propagandiste, chacun a su tirer son épingle du jeu pour manipuler les foules... Et Fredrik Strömberg ne tarit pas d'exemples...
Crédit image : Logo officiel de la Comic Code Authority (CCA)


Aussi, afin de constater par vous-même la richesse de cette étude iconographique sur la propagande à travers la bande-dessinée (la version ici commentée est celle en anglais), notez que vous pouvez vous procurer ce beau livre sur Amazon, via le lien suivant : La propagande dans la BD : Un siècle de manipulation en images.


Détails bibliographiques


  • Titre : Comic Art Propagande
  • Sous-titre : A Graphic History
  • Auteur : Fredrik Strömberg
  • Préface : Peter Kuper
  • Éditeur : St Martin’s Griffin
  • Date de parution : Juillet 2010
  • Nombre de pages : 176 p.
  • ISBN :  978-0312596798
  • Images de 1ère de couverture : © Bob Wood, Daredevil Battles Hitler et Is this Tomorrow ?